mercredi 30 octobre 2013

Library

De nombreux ouvrages ont été ajoutés à la bibliothèque, découvrez-les vite :

ESSAIS



ROMANS


TEXTES

mercredi 23 octobre 2013

Quel est le véritable objet du désir ?

Le désir est qualifié par Platon de « bête multiforme et polycéphale ». C’est donc qu’il porte sur de nombreux objets. Parmi ceux-ci, certains se détachent-ils de la masse pour constituer ce que l’on pourrait nommer le « véritable » objet du désir ?

Cette dissertation corrigée est constituée d’un plan en 3 parties et 10 sous-parties (4 pour le I et le II et 2 pour le III). En-dessous des titres de chaque sous-partie figure ce qu’il faudrait développer dans le paragraphe : thèses, arguments, exemples, citations, auteurs et ouvrages.

Les transitions sont également présentes, ainsi que des éléments pour l’introduction (les définitions par exemple).


Auteurs convoqués : Platon, Aristophane, Freud, Schopenhauer, Girard, Spinoza, Pascal, Kojève et Lipovetsky.



Plan :

I / L’obscur objet du désir
II / L’unique objet du désir
III / Le sujet du désir

jeudi 17 octobre 2013

Comment lutter contre la pollution ?

Ce sujet paraît très vaste, il est effectivement un peu. Est-il pour autant dur ? Sans doute puisqu'il fut posé en oral à HEC... ! Donc attention, le sujet est large, d'où l'importance d'avoir un bon plan et de ne pas se laisser emporter par la masse d'informations convocable. 

Les erreurs à ne pas commettre :

  • Le hors-sujet : comme toujours, il ne faut pas tomber dans ce travers. Pourtant il est facile d'y succomber en se demandant en I par exemple s'il est possible de lutter contre la pollution... Pire encore, un plan en 3 parties avec : I (on peut lutter contre la pollution), II (mais c'est difficile), III (comment donc peut-on lutter contre la pollution ?). 
  • Ne pas connaître les principales théories et auteurs : dans ce sujet, il y a deux grandes théories et deux grands auteurs à convoquer. Lesquels ? Si vous n'avez toujours pas trouvé : il s'agit bien évidemment de Arthur C. PIGOU et de Ronald COASE.
  • Le catalogue / l'énumération : partant du postulat que ces théories sont maîtrisées, il ne faut pas non plus cataloguer sur 8 pages ou durant 20 minutes toutes les méthodes et solutions possibles et imaginables pour lutter contre la pollution.
  • Raconter sa vie : si vous pratiquez le tri sélectif, c'est tout à votre honneur. Mais le correcteur s'en moque. En revanche, vous pouvez penser à toutes les "bonnes habitudes" que l'on peut adopter (et que vous avez ou non adoptées) pour apporter un peu de concret dans votre argumentation, des exemples, et montrer qu'à l'échelle d'une simple personne on peut agir de nombreuses manières. 
Plans proposés :

Je vous propose deux plans. Ils sont tous les deux simples dans leur formulation, donc vous ne risquez pas de vous embrouiller dans vos arguments, et surtout la correction en sera grandement facilitée pour le correcteur. Rappelez-vous bien qu'un plan simple et compréhensible (de tous) mais présentant de nombreux arguments pertinents est plus à rechercher que le plan tortueux où l'on ne sait quoi ajouter lorsque l'on a écrit les titres des différentes parties. 

Plan 1

Un plan facile, le plus facile, en 2 parties. Honnêtement, c'est celui qui devrait vous venir, à mon avis, le plus vite à l'esprit. Il repose sur la connaissance des deux théories principales sur les moyens de lutter contre la pollution - j'ai nommé PIGOU et COASE. 

Ainsi, dans une partie on traitera la solution de l'un, et dans l'autre celle de celui qui vous reste. Il semble que ce plan soit à proscrire en raison de sa simplicité. Mais, son grand avantage réside justement dans cette simplicité, d'autant plus qu'il est rassurant puisqu'il ne convoque rien de métaphysique. Pour se démarquer et remplir ses sous-parties, il faut viser plusieurs choses :
  • confronter théorie et pratique
  • avoir une perspective historique : les solutions ont-elles été déjà appliquées ? où ? avec succès ? etc. 
  • bien développer les théories, même chose pour les exemples et la pratique. Par exemple, on peut imaginer faire un graphique pour représenter le principe du marché des quotas. 

Plan 2

Ce plan est tout aussi simple - il est en effet lui aussi en 2 parties - mais il a ma préférence. 

Il s'agit de se rendre compte d'une chose simple : on lutte contre la pollution car pollution il y a. Néanmoins, le meilleur moyen de lutter contre la pollution n'est-il pas d'éviter de polluer ? À partir de là, vous aurez compris les deux axes de ce plan : en I les moyens de lutter contre la pollution ex ante ; et en II ceux ex post. En I, on peut typiquement parler de l'éducation ; tandis que dans le II on convoque les auteurs sur lesquels repose le plan 1. 

Variante

On peut imaginer à partir du plan 2 une variante en 3 parties. En I, on garderait les solutions ex ante. Tandis que l'on scinderait le II en deux parties, chacune traitant d'une théorie. En somme, on garde le I du plan 2 auquel on rajoute les deux parties du plan 1. 

mercredi 2 octobre 2013

Écoles et auteurs (économie)


Antiquité
·      ARISTOTE/PLATON


Mercantilistes (début XVIe – milieu XVIIIe)
·      RICHELIEU
·      Jean-Baptiste COLBERT
·      A. de MONTCHRESTIEN
·      J. BODIN
·      ORTIZ

Physiocrates (XVIIIe)
·      François QUESNAY
·      Vincent de GOURNAY
·      Pierre Samuel Du PONT de NEMOURS
·      Pierre LE PESANT DE BOISGUILBERT
·    Richard CANTILLON
·   Anne-Robert TURGOT



Classiques
·      Adam SMITH
·      David RICARDO
·      Thomas MALTHUS
·      Jean-Baptiste SAY
·      Karl MARX
·      Bernard de MANDEVILLE


Néoclassiques
·      Stanley JEVONS
·      Alfred MARSHALL
·      Léon WALRAS
·      Carl MENGER
·      Vilfredo PARETO
·      Friedrich von HAYEK

Marxistes
·      Karl MARX
·      Rosa LUXEMBOURG
·      LÉNINE

Keynésien (1930s)
·      John M. KEYNES
·      Joan J. ROBINSON
·      Paul KRUGMAN
·      Joseph STIGLITZ

Néo-keynésien ou Nouvelle École Keynésienne (NEK) (1980s)
·      MODIGLIANI
·      James TOBIN
·      George AKERLOF
·      Gregory MANKIW
Keynésien de gauche
·       
École de la régulation
·      Michel AGLIETTA
·      Robert BOYER
École des conventions
·       Robert SALAIS
Monétariste de Chicago (1950s)
·      Milton FRIEDMAN
·      Robert Emerson LUCAS
·      Eugene FAMA
·      Gary BECKER
Nouvelle École/Économie Classique (NEC) (1970s)
·      Robert BARRO
·      Edward C. PRESCOTT
·      Robert E. LUCAS
Économie de l’offre (supply side economics) (1980s)
·      Arthur LAFFER
·      G GILDER
Institutionnaliste
·      Thorstein VEBLEN
·      John Kenneth GALBRAITH
·      Gunnar MYRDAL
·      Simon KUZNETS
Nouvelle Économie Institutionnelle
·      Douglass NORTH
·      Ronald COASE
Néo-institutionnaliste
·      Oliver WILLIAMSON

Histoire de la sociologie


La sociologie est une branche des sciences humaines qui, pourrait-on dire, consiste à rendre explicite ce qui est implicite dans le domaine de l'étude des comportements et interactions de l'individu au sein de la société dans laquelle il vit. Elle est selon Max Weber "une science qui se propose de comprendre par interprétation l'activité sociale". Science qualifiée de "fille des révolutions" par Jean Duvignaud car elle ne naît réellement que lorsque l'ordre social et politique anciennement établi est bouleversé par les révolutions, et que la société s'interroge sur les liens qui unissent les hommes entre eux.

La sociologie compte de nombreux précurseurs tels que Xénophon, Platon et Aristote dans la Grèce antique ; ou encore Ibn Khaldoun qui mit au point une "nouvelle discipline"  au XIVème siècle afin de rendre compte de "la nature de la civilisation et les accidents qui l'affecte". Cependant, ce n'est qu'au XIXème qu'une démarche se voulant plus scientifique et rigoureuse émerge, avec le comte de Saint-Simon, dont la doctrine rend hommage à la science et à Newton en particulier. Cette liste ne serait pas complète si nous ne citions pas également Alexis de Tocqueville et Auguste Comte parmi les précurseurs de la sociologie. 

Le terme "sociologie" apparaît néanmoins bien plus tardivement, dans une page du manuscrit de Sieyès, sous la plume d'Auguste Comte. S'il créa le nom, A. Comte reconnut toutefois qu'il ne fait qu'ébaucher et rendre possible cette nouvelle discipline. Ce n'est en effet qu'après sa mort que ses lettres de noblesse lui seront données par Émile Durkheim en France et Max Weber en Allemagne. 

Le premier est considéré comme le père de la sociologie. Durkheim enseigna en effet à la première chaire de sociologie en France à la Sorbonne à la fin du XIXème. C'est à cette époque qu'il mit au point sa méthode de travail, qu'il expose dans sa Méthode sociologique.

Outre-Rhin, c'est Max Weber qui donne l'impulsion nécessaire à la naissance de la sociologie en Allemagne, quelques années après Durkheim.

On peut distinguer plusieurs écoles en sociologie. Tout d'abord celle pour laquelle le sociologue doit s'engager et être parti prenante des débats de société (avec Pierre Bourdieu par exemple, pour lequel la sociologie est un "sport de combat"), et l'autre qui préconise la neutralité (à l'instar de Raymond Boudon). Le poids de l'individu face à la société divisant également les sociologues entre les holistes pour lesquels l'individu n'est pas libre face à elle, et les tenants de la thèse inverse : les individualistes-méthodologiques.