jeudi 17 octobre 2013

Comment lutter contre la pollution ?

Ce sujet paraît très vaste, il est effectivement un peu. Est-il pour autant dur ? Sans doute puisqu'il fut posé en oral à HEC... ! Donc attention, le sujet est large, d'où l'importance d'avoir un bon plan et de ne pas se laisser emporter par la masse d'informations convocable. 

Les erreurs à ne pas commettre :

  • Le hors-sujet : comme toujours, il ne faut pas tomber dans ce travers. Pourtant il est facile d'y succomber en se demandant en I par exemple s'il est possible de lutter contre la pollution... Pire encore, un plan en 3 parties avec : I (on peut lutter contre la pollution), II (mais c'est difficile), III (comment donc peut-on lutter contre la pollution ?). 
  • Ne pas connaître les principales théories et auteurs : dans ce sujet, il y a deux grandes théories et deux grands auteurs à convoquer. Lesquels ? Si vous n'avez toujours pas trouvé : il s'agit bien évidemment de Arthur C. PIGOU et de Ronald COASE.
  • Le catalogue / l'énumération : partant du postulat que ces théories sont maîtrisées, il ne faut pas non plus cataloguer sur 8 pages ou durant 20 minutes toutes les méthodes et solutions possibles et imaginables pour lutter contre la pollution.
  • Raconter sa vie : si vous pratiquez le tri sélectif, c'est tout à votre honneur. Mais le correcteur s'en moque. En revanche, vous pouvez penser à toutes les "bonnes habitudes" que l'on peut adopter (et que vous avez ou non adoptées) pour apporter un peu de concret dans votre argumentation, des exemples, et montrer qu'à l'échelle d'une simple personne on peut agir de nombreuses manières. 
Plans proposés :

Je vous propose deux plans. Ils sont tous les deux simples dans leur formulation, donc vous ne risquez pas de vous embrouiller dans vos arguments, et surtout la correction en sera grandement facilitée pour le correcteur. Rappelez-vous bien qu'un plan simple et compréhensible (de tous) mais présentant de nombreux arguments pertinents est plus à rechercher que le plan tortueux où l'on ne sait quoi ajouter lorsque l'on a écrit les titres des différentes parties. 

Plan 1

Un plan facile, le plus facile, en 2 parties. Honnêtement, c'est celui qui devrait vous venir, à mon avis, le plus vite à l'esprit. Il repose sur la connaissance des deux théories principales sur les moyens de lutter contre la pollution - j'ai nommé PIGOU et COASE. 

Ainsi, dans une partie on traitera la solution de l'un, et dans l'autre celle de celui qui vous reste. Il semble que ce plan soit à proscrire en raison de sa simplicité. Mais, son grand avantage réside justement dans cette simplicité, d'autant plus qu'il est rassurant puisqu'il ne convoque rien de métaphysique. Pour se démarquer et remplir ses sous-parties, il faut viser plusieurs choses :
  • confronter théorie et pratique
  • avoir une perspective historique : les solutions ont-elles été déjà appliquées ? où ? avec succès ? etc. 
  • bien développer les théories, même chose pour les exemples et la pratique. Par exemple, on peut imaginer faire un graphique pour représenter le principe du marché des quotas. 

Plan 2

Ce plan est tout aussi simple - il est en effet lui aussi en 2 parties - mais il a ma préférence. 

Il s'agit de se rendre compte d'une chose simple : on lutte contre la pollution car pollution il y a. Néanmoins, le meilleur moyen de lutter contre la pollution n'est-il pas d'éviter de polluer ? À partir de là, vous aurez compris les deux axes de ce plan : en I les moyens de lutter contre la pollution ex ante ; et en II ceux ex post. En I, on peut typiquement parler de l'éducation ; tandis que dans le II on convoque les auteurs sur lesquels repose le plan 1. 

Variante

On peut imaginer à partir du plan 2 une variante en 3 parties. En I, on garderait les solutions ex ante. Tandis que l'on scinderait le II en deux parties, chacune traitant d'une théorie. En somme, on garde le I du plan 2 auquel on rajoute les deux parties du plan 1. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire