dimanche 14 avril 2013

L'intelligence vient des pieds.... !

A ses débuts, l'Homme marchait à quatre pattes. Dans cette condition, sa bouche n'était qu'un outil préhensile à l'instar de nos mains aujourd'hui. 

A ce stade, rien ou presque ne différencie l'Homme d'un primate que l'on peut voir dans nos zoos. Cependant, l'Homme se met debout. C'est alors que tout s'enchaîne. Délivrée, la bouche peut devenir un organe de parole. De même pour nos mains, qui ne sont plus un outil de locomotion mais remplacent la bouche en devenant des outils préhensiles. 

Mais les archéologues et paléontologues vont même plus loin. La station bipède aurait également permis un "dévérouillage" de la boîte crânienne. Ainsi, le cerveau pouvant occuper plus de place, l'intelligence de l'Homme se serait grandement développée, surpassant celle des primates et autres espèces animales. L'intelligence vient donc des pieds, en quelque sorte. 

Il existe de nombreuses théories sur cette station bipède. Pour l'archéologue Leroi-Gourham, elle est primordiale pour comprendre pourquoi l'Homme a surpassé en intelligence les autres espèces, car si on peut parfois l'observer chez les autres primates, ce n'est que de manière accidentelle. La polémique naissant de la part de contingence qui aurait provoquée ce redressement : hasard, adaptation au milieu, etc. 

De ces théories est née celle de la "néothénie", développée par K. Lorenz. Pour Lorenz, l'Homme est un prématuré. En effet, suite au dévérouillage de sa boîte crânienne, le bébé doit sortir plus vite du ventre de sa mère, car s'il attend d'être parfaitement prêt, il ne passera plus. Ce qui pourrait par exemple expliquer pourquoi il ne faut que quelques heures à un poulain pour apprendre à se mettre debout et marcher, alors qu'un nouveau-né mettra un peu moins d'un an environ, voire plus. Selon cette thèse, l'Homme serait ainsi "déspécialisé" ; c'est-à-dire qu'il naîtrait avec un instinct très peu développé, et devrait donc beaucoup recevoir de son milieu et de l'apprentissage. A contrario, l'animal n'apprend que peu, et reçoit beaucoup par son instinct. Une petite idée de Rousseau résume bien cette pensée : l'animal est parfait, l'Homme, perfectible.

L'Homme a donc une origine animale, mais, grâce à ses pieds, il est devenu autre, pleinement Homme, contrairement aux primates et par extension au reste des espèces. 

On regarde un peu ses pieds différemment après.. !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire